Aller au contenu principal
reveil

Le sommeil, c’est la santé !

6 décembre 2019 En bref

Un sommeil insuffisant diminue la matière grise des ados, multiplie par 4 le risque de rhume ! Alors, on réapprend à dormir ?

Les Français dorment 1h30 de moins qu’il y a 50 ans(1), 45 % des 25/45 ans considèrent qu’ils ne dorment pas assez, mais 13% d’entre eux considèrent que dormir est une perte de temps ! Comment résoudre ce paradoxe et ce manque de sommeil, à quelques jours de la rentrée ?

Dormir n’est sûrement pas une perte de temps ! En sommeil, nos muscles se relâchent, le rythme cardiaque et la tension artérielle diminuent. Notre corps produit de nouvelles cellules et le système immunitaire se renforce, le cerveau assimile tout ce qu’il a appris dans la journée. Mémoire et apprentissage, métabolisme, immunité… Le sommeil joue un rôle primordial sur le plan physique et mental.

J’ai mal à mon sommeil 

Pourtant comme le souligne le Docteur Joëlle Adrien, présidente de l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance « Le manque de sommeil dans la population, notamment chez les jeunes, est considéré par les spécialistes comme une véritable épidémie qui frappe de nombreux pays. En effet, cette “dette de sommeil” impacte le fonctionnement diurne en réduisant la vigilance, les capacités d’attention et de concentration, l’apprentissage et la performance. À plus long terme, elle augmente la consommation d’excitants, les risques de surpoids et de maladie, ainsi que la vulnérabilité au stress, aux troubles anxio-dépressifs et aux addictions. »  Les risques de maladies cardio-vasculaires, d’obésité et de diabète, de cancers et d’accidents sont également accentués par un mauvais sommeil. Que de conséquences néfastes pour quelques heures de trop passées le plus souvent devant nos écrans !

J’ai sommeil mais je me soigne

Chez les adultes comme chez les adolescents, les mauvaises habitudes ont la vie dure et peuvent mettre en péril la qualité et la quantité de notre sommeil. Que celui qui ne s’endort jamais en consultant plus ou moins longtemps son écran, me jette son oreiller ! Pour prendre conscience de tout ce qui peut troubler ce repos indispensable, testez-vous et révisez ces bons réflexes pour un bon sommeil : respecter son horloge biologique en oubliant le diktat de 8 heures par nuit, privilégier des horaires réguliers, éviter les repas trop copieux et les excitants le soir… Un rituel d’avant nuit (tisane, lecture, relaxation…) peut aussi vous aider à retrouver les bras de Morphée. 

Le béaba du sommeil

Pour vos enfants et adolescents, la rentrée est un moment décisif pour prendre ou reprendre de bonnes habitudes qui l’aideront dans sa scolarité. Pour les petits, privilégiez des horaires très réguliers de repas, de coucher et faites du sommeil un plaisir. Pour les ados, bannir le téléphone de la chambre peut être la première bonne résolution. Et de manière générale, il faut éviter de passer du temps devant un écran avant de dormir : l’exposition à la lumière d’écrans affecte le  rythme veille-sommeil en modifiant la sécrétion de mélatonine. 
S’il s’agit de soigner de vrais troubles du sommeil, tels qu’un refus ou des difficultés d’endormissement, des réveils répétés la nuit, de fréquents cauchemars, ameli vous aide à faire le point et vous donne des pistes d’amélioration.
Alors une histoire, on se brosse les dents et au lit !


Sources chiffres : 
(1) https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/sommeil
Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Sommeil et ses troubles

Ensemble, améliorons le webzine santé

Le sujet de cet article vous a-t-il intéressé ou appris quelque chose ?