Offrir des soins au-delà de notre région

Guillaume Schwertz, un jeune chiropracteur fraîchement diplômé, s’est envolé pour l’Arménie avec ses amis apporter son aide et ses savoir-faire à une population souvent défavorisée.

Diplômé de l’Institut Franco Européen de Chiropraxie après 6 ans d’études, Guillaume Schwertz, 26 ans, est chiropracteur et exerce aujourd’hui dans son propre cabinet à Mulhouse.

Son projet professionnel, Guillaume l’a construit dès l’adolescence. « Je voulais faire un métier alliant le sport et la santé. Quand j’étais plus jeune, je faisais énormément de sport mais j’avais des douleurs récurrentes aux épaules que je n’arrivais pas à soigner. Un jour, j’ai consulté un chiropracteur et dès les premiers rendez-vous j’ai ressenti une amélioration ».

Qu’est-ce que la chiropraxie ?

Notre  cerveau crée  un influx nerveux qui est véhiculé par la moelle épinière et une multitude de nerfs parcourant tout notre corps. Cependant, pour diverses raisons tant physiques qu’émotionnelles, il arrive que des interférences, nommées subluxations, viennent s’installer perturbant l’influx nerveux et créant ainsi des douleurs locales et tout un tas de symptômes.

C’est là qu’intervient la chiropraxie. Par des soins manuels, c’est-à-dire sans médicament ni chirurgie, le chiropracteur assure la libre circulation de notre influx nerveux en ajustant les subluxations s’installant au cours de notre vie.

Notre cerveau et notre corps fonctionnent en symbiose. En chiropraxie, nous voyons l’être humain comme un tout. Quand on se sent bien dans sa tête, on se sent bien dans son corps, et inversement.

Apporter des soins au-delà de notre région : une mission humanitaire en Arménie

Mais le parcours de Guillaume ne s’arrête pas là. En octobre 2018, Guillaume et une équipe de 5 autres chiropracteurs sont partis en Arménie.

« Nous avons rencontré une population qui n’a pas toujours les moyens d’accéder aux soins dont ils ont besoin, et bien souvent, ils ne connaissent que les médicaments pour se soigner ». Pendant une semaine, la petite équipe a prodigué des soins notamment dans des centres de femmes battues, des camps de réfugiés, et des centres de réhabilitation.

« Ce fut une semaine difficile, mais humainement très riche. J’ai rencontré des cas graves notamment un homme qui avait eu un accident des années auparavant. Des améliorations se percevaient presque instantanément : plus d’amplitude dans ses mouvements, une meilleure souplesse et une plus grande mobilité dès les premiers ajustements chiropratiques ».

À l’image de vos dents brossées chaque jour pour prévenir les carries, votre  colonne vertébrale a aussi besoin qu’on prenne soin d’elle. Aujourd’hui, Guillaume travaille dans son propre cabinet à Mulhouse, sa terre natale. Pour autant, il a pour projet de repartir un jour à l’étranger prodiguer ses soins.

La suite au prochain épisode…