Bébé qui se fait vacciner

« Ils sont précieux, utilisons-les mieux »

Connaissez-vous les conséquences néfastes d’une mauvaise utilisation des antibiotiques ?

Un siècle après leur découverte, les antibiotiques ont permis de sauver des millions de vie en réduisant considérablement la mortalité par maladies infectieuses. Efficaces uniquement contre les bactéries, les antibiotiques agissent en les tuant ou en empêchant leur multiplication.

Les antibio’s, à consommer avec modération…

Ne vous est-il pas déjà arrivé de ne pas respecter la durée du traitement comme indiqué par votre médecin (que ce soit en l’arrêtant plus tôt ou en le prolongeant) ? Ou encore de prendre un antibiotique sans qu’il ne vous soit prescrit ?

Utilisé de façon inadaptée un antibiotique donne une chance à la bactérie de survivre et de développer une immunité. Ce phénomène qui rend les antibiotiques inefficaces s’appelle l’antibiorésistance. Le danger étant que les infections courantes et les petites blessures deviennent à nouveau « mortelles ».

Chaque année, l’antibiorésistance est la cause de 700 000 décès dans le monde dont 5 500 en France. Les chiffres qui lui sont liés sont de plus en plus alarmants et à cette allure, les maladies infectieuses d’origine bactériennes pourraient redevenir une des premières causes de mortalité dans le monde d’ici 2050 (en provoquant jusqu’à 10 millions de morts)*.

« Une infection évitée, c’est un antibiotique préservé » !

Les antibiotiques restent une ressource précieuse qu’il faut préserver à condition de maîtriser leur consommation. Des réflexes simples sont à adopter pour limiter les risques d’infections comme se laver les mains ou encore (et surtout !) tenir à jour ses vaccinations.

La vaccination permet de se protéger soi-même, ses proches et la collectivité en diminuant le risque de transmission microbienne à des personnes vulnérables, comme les nouveau-nés dont le système immunitaire est encore trop faible.

A titre d’exemple, si dans la majorité des cas la coqueluche est bénigne pour l’adulte, elle peut se révéler fatale pour un nourrisson qui, lui, n’aura pas encore les armes adéquates pour se défendre.

Attention, vous auriez tort de penser qu’il n’y a plus besoin de se faire vacciner contre ces maladies puisqu’elles ont « disparues ». Au contraire, ne pas se faire vacciner augmente le risque de les voir réapparaître…

 

Des doutes concernant vos vaccins ? Le site vaccination-info-service est là pour vous éclairer.

*Données du Ministère des Solidarités et de la Santé.