hépatite C

Eradiquer l’hépatite C, un défi strasbourgeois… mais pas que ! Saviez-vous qu’1 personne sur 2 qui l’a ne le sait pas ?

L’hépatite C est une maladie sans symptôme qui provoque de graves problèmes de foie mais qui se guérit dans 99% des cas.

En décembre, la campagne d’incitation au dépistage de l’hépatite C fêtera sa première année de partenariat avec la Ville de Strasbourg qui s’est engagée à devenir la première ville « zéro hépatite C ».

L’occasion d’une rencontre avec l’équipe porteuse de cette campagne de prévention unique en son genre et d’une piqûre de rappel sur cette maladie silencieuse, capable de provoquer des dégâts irréversibles sur le foie.

Frédéric Chaffraix, en tant que président de SOS Hépatites Alsace-Lorraine, pouvez-vous nous rappeler les chiffres concernant cette maladie ?

« 1 personne sur 2 qui a une hépatite C ne le sait pas. A l’échelle nationale, 110 000 personnes sont porteuses de l’hépatite C de façon chronique et 70 000 personnes ignorent qu’elles sont infectées par la maladie. Une fois infecté par le virus, il est possible de rester 15 ou 20 ans sans symptôme, car le foie ne fait pas souffrir, mais pendant tout ce temps la maladie évolue de façon chronique et peut générer une cirrhose, un cancer du foie…

Aujourd’hui les traitements sont simples et permettent de guérir dans plus de 99% des cas. Le vrai problème, c’est de savoir si on l’a ou pas afin de se soigner et d’éviter de transmettre le virus (la maladie est 10 fois plus transmissible que le VIH). C’est le message de notre campagne savoir Cguérir ».

Jewly, vous êtes chanteuse et marraine de la campagne. Expliquez-nous votre engagement et comment la musique peut faire passer votre message ?

« Faire passer le message autrement qu’en blouse blanche, c’est l’occasion de toucher d’autres personnes. Une rockeuse tatouée qui parle de prévention, c’est suffisamment étonnant pour sensibiliser un autre public au dépistage de l’hépatite C. J’ai écrit 2 chansons sur ce thème, sortes d’hymnes du projet, que j’explique pendant les concerts.

En fait, j’ai aussi été pharmacienne et j’ai souvent été confrontée à la méconnaissance de cette maladie et aux tabous qui l’entourent. En un an, ce sont près de 20 000 personnes qui ont été touchées et sensibilisées à ce message pendant des concerts ou à la Foire européenne de Strasbourg ! C’est efficace, d’autant que la plupart du temps on essaie d’associer l’événement à des tests de dépistage rapide sur place, qui donnent un résultat en 20 minutes. »

Quels sont les messages à faire passer sur l’hépatite C ?

« D’abord le dépistage bien sûr, qui est un préalable aux soins. Mais aussi les situations de contamination les plus courantes qui sont banales : le partage d’accessoires comme une brosse à dent ou un rasoir où il y a une goutte de sang, une séance de tatouage ou d’acupuncture, des rapports sexuels non protégés… Dans 20 à 30 % des cas, les personnes infectées par le virus ne connaîtront jamais la voie de contamination. D’où l’importance du dépistage. Et surtout les soins.

De nouveaux traitements anti-viraux à action directe sont apparus en 2014 et un traitement simple de 8 à 12 semaines permet aujourd’hui de guérir une hépatite C dans 99% des cas. Ces traitements sont très coûteux (autour de 25 000 euros la cure) mais nous avons la chance d’y accéder grâce à notre système de santé. Ces dépenses coûtent moins que le traitement d’une cirrhose ou d’une transplantation hépatique quand la maladie aura fait de gros dégâts et surtout évitent au patient des souffrances et des complications inutiles.»

Emmanuel Hoff, en tant que cofondateur de savoirC guérir, rappelez-nous quels sont les enjeux de cette campagne strasbourgeoise de sensibilisation ?

« En expérimentant un laboratoire créatif et citoyen sur ce thème de santé, dans une ville de la taille de Strasbourg, nous espérons démontrer qu’il est possible de fédérer de nombreux acteurs qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble au profit de l’éradication d’une maladie chronique. Ce serait une première mondiale !

Ce modèle de collaboration et de pratiques entre experts, acteurs du parcours de santé et malades, avec pour aiguilleurs les artistes, permet de décupler la portée des actions de sensibilisation. Elles sont également amplifiées grâce au digital pour responsabiliser chacun en tant qu’acteur de sa santé !»

Quels sont vos projets ?

Nous allons lancer une grande campagne de mécénat pour avoir les moyens d’étendre cette campagne à l’échelle nationale. Chaque action, de terrain ou culturelle, nous donne l’occasion de créer des rendez-vous entre le grand public et les experts de la santé. Ils sont l’occasion de rappeler tous ces messages, de déclencher des comportements vertueux, de proposer des tests de dépistage rapide, de l’information, mais aussi aborder plus largement les problèmes liés à la consommation d’alcool et à l’excès de graisse dans le sang pour éviter les maladies de foie. C’est une fois de plus l’hygiène de vie qui est un enjeu de santé.»

Pour aller plus loin, pour vous informer, pour participer au financement de cette campagne : www.savoir-c-guerir.com, la page facebook et sur YouTube.

Plus d’infos sur les hépatites ? rendez-vous sur https://www.hepatites-info-service.org.

Et comme toujours, faites le plein d’informations vérifiées et approuvées par des professionnels de santé sur ameli.fr