durée de validité des ordonnances

Durée de validité des ordonnances : comment s’y retrouver ?

La durée de validité des ordonnances : un casse-tête pour vous ? Voilà un petit guide pour vous aider.

Pour acheter vos médicaments, vos lunettes, faire une prise de sang ou même pour un rendez-vous chez le kinésithérapeute, il vous faut une ordonnance.
Mais attention elles n’ont pas toutes la même durée de validité. Voici quelques repères pour vous y retrouver !

L’ordonnance pour médicaments

A partir de la date de prescription, vous avez 3 mois pour vous rendre en pharmacie. Passé ce délai, votre pharmacien ne peut plus vous délivrer vos médicaments.
Pour prolonger la validité d’une ordonnance, dans le cas d’un traitement de fond, le médecin peut indiquer sur votre ordonnance la mention « AR » pour « à renouveler ». Cela peut s’appliquer produit par produit, voire à l’ensemble de l’ordonnance. Mais toujours pour 12 mois maximum.

Les cas particuliers

Attention, certaines ordonnances de médicaments tels que les anxiolytiques ou les somnifères ont une durée de validité plus restreinte allant de 2 à 12 semaines.
Les ordonnances de médicaments stupéfiants et assimilés doivent être retirés à la pharmacie dans les 3 jours suivants leur prescription.
Bon à savoir pour les contraceptifs oraux, un petit délai est permis. Une ordonnance de contraceptifs périmée, mais datée de moins d’un an, pourra être renouvelée par le pharmacien pour 6 mois maximum.

L’ordonnance pour lunettes

Gardez précieusement votre ordonnance de lunettes, valable 3 ans ! En cas de casse ou de perte, inutile de retourner chez l’ophtalmologue pour une nouvelle prescription. A condition que votre vue n’ait pas changé. Cette validité de 3 ans est également valable pour les lentilles, sauf si vous commencez à porter des lentilles. Car il vous faudra refaire un contrôle chez le spécialiste au cours de la première année.

L’ordonnance pour analyses ou intervention d’auxiliaires médicaux

Aucun texte ne définit précisément la durée de validité de ces ordonnances, mais dans la pratique, les laboratoires les acceptent dans un délai d’un an. Attention toutefois, la Sécurité sociale peut vous refuser un remboursement si le délai entre la date de prescription et la date de réalisation est trop long (car cette analyse est-elle encore utile ?)
Le fonctionnement est le même pour les soins de kinésithérapie, les soins infirmiers…