Deviens incollable sur la pilule

1967 est l’année où a été instaurée la pilule contraceptive en France. Depuis, des générations de femmes ont eu recours à ce moyen de contraception. Plus de cinquante ans après, qu’en est-il de la pilule ?

Symbole de l’émancipation féminine, la pilule contraceptive a marqué un point de départ dans l’évolution de la vie sexuelle et amoureuse des Français. Considérée comme une véritable révolution à l’époque, la pilule n’exerce plus autant d’enthousiasme aujourd’hui. De plus en plus de femmes s’en détournent au profit d’autres moyens de contraception. Cependant, contre toute attente, la pilule reste le moyen contraceptif privilégié des françaises, 37 % d’entre elles l’utilisent.

Dans cet article, nous vous proposons de tirer au clair les idées reçues de la pilule.

Il paraît que… la pilule peut rendre stérile ?

FAUX. Qu’elle soit prise pendant quelques mois ou de nombreuses années, la pilule ne rend pas les femmes stériles. Faiblement dosée en hormone, son effet est réversible.

Il paraît que… la pilule fait grossir ?

FAUX. Il est vrai qu’il y a 40 ans, lorsque les premières pilules ont été commercialisées, des œdèmes et des prises de poids variables ont été observés chez certaines femmes. Mais cela n’est plus d’actualité ! Les pilules contraceptives actuelles n’ont pas des dosages en hormones comparables à celles d’autrefois.

Néanmoins, la pilule peut favoriser l’appétit. Dans ce cas, il faut simplement surveiller son alimentation pour éviter de manger plus, le temps que le corps s’habitue aux hormones.

Il paraît que… certaines pilules peuvent augmenter le risque d’accident cardiovasculaire ?

VRAI. Les pilules contenant des œstrogènes peuvent effectivement augmenter le risque de thrombose, c’est-à-dire de formation d’un caillot obstruant un vaisseau sanguin. En l’absence de facteurs de risque (tabagisme, hypertension artérielle, obésité) ou d’antécédents familiaux, ce risque reste très faible.

Chez les femmes de moins de 40 ans qui n’utilisent pas de moyens de contraception, la fréquence des accidents thromboemboliques veineux varie de 5 à 10 accidents pour 100 000 femmes par an, contre 20 à 40 accidents pour celles utilisant des pilules œstroprogestatives.

Il paraît que… la pilule protège des infections sexuellement transmissibles ?

FAUX. La pilule protège du risque de grossesse. Le seul moyen d’être protégé du VIH et des infections sexuellement transmissibles est le préservatif.

Il paraît que… la pilule est fiable à 100 % ?

FAUX. La pilule est efficace à 99 % si sa prise se fait correctement et à heure fixe. Attention, chaque oubli de pilule de plus de 12h entraine une période d’inefficacité de 7 jours.


Toutefois, il existe de nombreuses autres alternatives. Il est important de bien se renseigner afin de choisir le moyen de contraception qui vous convient le mieux.

Pour davantage d’informations, consultez le site choisirsacontraception.fr, ameli.fr et si un doute persiste, parlez-en à votre médecin.