Aller au contenu principal
Mois sans tabac

C’est le #MoisSansTabac ! Chiche ?

23 octobre 2020 Ça fait l'actu

Novembre, c’est le #MoisSansTabac ! Une belle occasion de se motiver pour arrêter enfin… notamment grâce à l’accompagnement de l’Assurance Maladie.

La région Grand Est compte 1 200 000 fumeurs quotidiens et près des trois-quarts (74,7 %) consomment plus de 10 cigarettes par jour. Et même si 55 % d’entre eux ont envie d’arrêter de fumer, notre région se situe au 4e rang de celles où le tabagisme est le plus fréquent (après les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur (PACA), Hauts-de-France et Occitanie) (Baromètre santé 2017, Santé publique France).
Conséquence de cette mauvaise habitude, notre région présente une incidence et une mortalité élevées pour le cancer du poumon, la broncho-pneumopathie chronique obstructive et les cardiopathies ischémiques. 

En novembre, j’arrête ! 

Le #MoisSansTabac est une campagne nationale d’aide à l’arrêt du tabac, lancée par le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France, en partenariat avec l’Assurance Maladie. Misant sur un élan collectif, elle incite les fumeurs à arrêter tous ensemble pendant 30 jours, au mois de novembre. Parce qu’un mois sans tabac multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer !

Dès l’inscription sur le site Tabac Info Service, vous pourrez rejoindre une des 16 équipes thématiques qui définit avec humour vos habitudes de vie (fêtard ou pantouflard...), profiter des aides à l’arrêt (patch, coach...) ou choisir votre équipe régionale. 
En plus, vous pourrez recevoir votre propre kit d'aide à l'arrêt, gratuitement depuis le site (comprenant un agenda de 30 jours, une roue des économies, un dépliant informatif proposant divers exercices de relaxation et un dépliant décrivant les différentes méthodes d'accompagnement). 

Le saviez-vous ? 

Depuis sa création en 2016, le Mois sans Tabac a permis à 1,6 million de fumeurs d'arrêter de fumer.

L’appli coaching Tabac info service : le bon réflexe !

Pour arrêter seul, téléchargez gratuitement l’application Tabac info service (Android et iOS) pour un coaching 100% personnalisé, pour contacter un tabacologue en cas de besoin et bénéficier de conseils variés qui vous aideront à ne pas craquer dans les moments difficiles. Elle s’adresse à tout fumeur, quel que soit son âge. 500 000 utilisateurs l’ont déjà expérimentée. Pourquoi pas vous ? 

Ce coaching est également disponible depuis un ordinateur ici.

Les substituts nicotiniques

Pendant la période de sevrage, l’Assurance Maladie rembourse, sur prescription médicale, des substituts nicotiniques. Des études scientifiques ont montré leur efficacité puisqu’ils augmentent les chances d’arrêter le tabac de 50 % à 70 %.
Bonne nouvelle ! Depuis 2019, ces substituts sont remboursés à 65 % sur prescription (aux conditions habituelles) et les complémentaires santé peuvent prendre en charge le ticket modérateur. Cette mesure permet de supprimer l’avance de frais chez le pharmacien et d’avoir un même tarif dans toutes les pharmacies pour ces traitements.

Les bénéfices de l’arrêt du tabac 

Quelle que soit la quantité de tabac consommée et même si on a fumé très longtemps, il n’est jamais trop tard pour arrêter de fumer. Les premiers bénéfices de l’arrêt du tabac sont quasi immédiats après la dernière cigarette : 

  • 20 minutes après, la pression sanguine et les pulsations du cœur redeviennent normales. 
  • 24 heures après, le risque d’infarctus du myocarde diminue déjà. Les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine. 
  • 48 heures après, le goût et l’odorat s’améliorent. Les terminaisons nerveuses du goût commencent à repousser. 
  • 2 semaines à 3 mois plus tard, la toux et la fatigue diminuent. On récupère du souffle. On marche plus facilement. 
  • 1 à 9 mois plus tard, les cellules des cils bronchiques repoussent. On est de moins en moins essoufflé. 
  • 1 an après, le risque d’infarctus du myocarde diminue de moitié. Le risque d’accident vasculaire cérébral rejoint celui d’un non-fumeur. 
  • 5 ans après, le risque de cancer du poumon diminue presque de moitié. 
  • 10 à 15 ans après, l’espérance de vie redevient identique à celle des personnes n’ayant jamais fumé. 

Alors, décidé ?

Ensemble, améliorons le webzine santé

Le sujet de cet article vous a-t-il intéressé ou appris quelque chose ?