carte vitale

La carte Vitale : encore verte pour son âge !

Avec elle, vous êtes remboursé en 5 jours et le système de santé fait des économies. Voilà pourquoi on l’aime depuis 20 ans !

Cette carte verte a parcouru bien du chemin depuis 1998 ! Si elle fait aujourd’hui l’unanimité et ne quitte plus notre portefeuille, elle a pourtant mis un peu de temps à s’imposer dans les pratiques.

Et d’abord dans les pratiques des professionnels de santé, car certains voyaient d’un mauvais œil cette nouvelle venue, qui les a peu à peu poussés à s’informatiser et qui transférait en cabinet une partie des démarches administratives liées au remboursement des consultations.

Aujourd’hui encore, certains spécialistes restent rétifs à cette technologie (39% n’acceptent toujours pas la carte Vitale), ainsi qu’une minorité de généralistes (15%), 12% des dentistes et 10% des infirmiers.
L’an dernier, près de 82 millions de feuilles de soin papier ont encore été reçues par l’Assurance Maladie (6% des actes médicaux), même si cela inclut aussi les oublis ou pertes de cartes.

Alors faut-il le rappeler ? Pour notre système de santé et pour l’Assurance Maladie, le bénéfice de la feuille de soins électronique est évident puisqu’une télétransmission coûte 11 centimes contre 1,60 € en moyenne pour traiter une feuille de soins traditionnelle !

En Alsace, ce sont ainsi plus de 33 millions de feuilles de soins électroniques qui ont été traitées au cours de l’année 2017. Du côté des 59 millions d’assurés, c’est un plébiscite pour cette carte qui permet d’être remboursé de ses soins en 5 jours, sans aucune démarche.

Les services de votre carte Vitale

Fiable, pratique et sûre, elle atteste de vos droits à l’assurance maladie et contient tous les renseignements administratifs nécessaires au remboursement de vos soins et à votre prise en charge en cas d’hospitalisation :

  • votre identité et celle de vos ayants droit de moins de 16 ans ;
  • votre numéro d’immatriculation ;
  • le régime d’assurance maladie auquel vous êtes affilié ;
  • la caisse d’Assurance Maladie à laquelle vous êtes rattaché ;
  • et, le cas échéant, vos droits à une exonération du ticket modérateur (ALD, maternité, AT/MP…), à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) ou au tiers payant intégral au titre de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS).

Pour réviser les règles de son fonctionnement et de son obtention, c’est par ici !

Pensez à la mettre à jour au moins une fois par an et présentez-la systématiquement à tout professionnel de santé.

Elle n’a cessé d’évoluer !

Diffusée à partir de 1998, la carte Vitale a connu plusieurs évolutions pour s’adapter aux besoins des assurés et toujours rendre un meilleur service :

  • 2002 : elle est délivrée aux jeunes à partir de 16 ans.
  • 2007 : la carte Vitale comporte la photo de son porteur, c’est la carte Vitale 2.
  • Depuis 2011, plus d’un million d’anciennes cartes Vitale sont recyclées chaque année pour réduire leur empreinte carbone.
  • 2016 : via le compte ameli uniquement, il est possible de demander une carte Vitale dès 12 ans, sous certaines conditions et pour certains régimes, de demander sa carte en ligne, en déposant sa pièce d’identité et sa photographie sur le site internet de son organisme d’assurance maladie.
  • Aujourd’hui : le déploiement du Dossier Médical Partagé, destiné à favoriser la prévention, la qualité, la continuité et la prise en charge coordonnée des soins, serait également favorisé par la carte Vitale qui permet au professionnel de santé d’identifier le DMP du patient. Mais pour rappel, aucune information médicale n’est stockée sur la carte Vitale.
  • Et demain ? Des travaux de dématérialisation de la carte Vitale sur smartphone sont en cours, en complément à la carte plastique. À suivre…