Aller au contenu principal
cardiologue

Les bourreaux du cœur

12 mars 2020 Reportage

Rassurez-vous, il ne sera pas question ici de littérature sentimentale ni d'un talk-show avec Dom Juan, Landru et Liz Taylor. Non, les bourreaux du cœur en question se nomment Tabac, Surpoids, Sédentarité, Hypertension et Cholestérol. Cette redoutable bande de malfaiteurs est capable de martyriser notre palpitant jusqu'à le faire craquer. Et elle ne s'en prive pas : les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde.

La bonne nouvelle, c'est que tabac, surpoids, sédentarité, hypertension et cholestérol font partie de ce que les spécialistes appellent "les facteurs de risque modifiables", c'est-à-dire que chacun peut agir pour en diminuer les effets. On ne peut rien changer à son âge ou à son hérédité, on peut en revanche agir sur son mode de vie, son alimentation, ses habitudes.  

Aimez-vous votre cœur ou le faites-vous souffrir ?

Comment va votre coeur ? Faites vous tester en 3 minutes

(lien : https://www.fedecardio.org/testez-vous)

La Fédération Française de Cardiologie vous propose ce test rapide pour évaluer les risques cardiovasculaires en fonction de votre mode de vie.

Le tabac, ce multispécialiste des pathologies

Quand on parle des risques du tabac, les cancers et les maladies respiratoires viennent spontanément à l'esprit ; le risque cardiovasculaire, lui, est souvent ignoré. Pourtant, le tabac favorise le rétrécissement des artères, dans certaines conditions la formation de caillots. Le tabagisme est bien l'un des principaux facteurs de risque de l'infarctus du myocarde, des accidents vasculaires cérébraux ou encore de l'hypertension artérielle.
➜ La recommandation On Peut Faire Mieux : arrêter de fumer, évidemment ! Vous avez la possibilité de vous faire accompagner pour y arriver plus facilement. plus d'infos sur www.tabac-info-service.fr ou sur ameli.fr

Surpoids : mais où sont les kilos en trop ?

Le surpoids - et l'obésité qui en est le stade supérieur - augmente le risque cardiovasculaire. L'Indice de Masse Corporelle (IMC) est couramment utilisé pour l’évaluer. Vous pouvez le calculer ici

Mais les études récentes ont mis en lumière un autre facteur. Indépendamment de l'IMC, il y a davantage de danger pour le cœur et les artères si l’excès de graisse se situe au niveau de la taille et du ventre, plutôt que sur les fesses et les cuisses. Le tour de taille est donc un indicateur de risque de plus en plus utilisé : il y a obésité abdominale lorsqu'il dépasse 88 cm chez la femme et 102 cm chez l’homme. 
 

➜ La recommandation On peut Faire Mieux : pour combattre un surpoids, faites le tour de tous les régimes infaillibles qui existent sur Internet, oubliez-les aussitôt et allez consulter un médecin nutritionniste. Plus d'infos sur le surpoids chez l'enfant et chez l'adulte.

La sédentarité, le risque le plus partagé

Même pour une personne sans problème de poids et en bonne condition physique, rester assis des heures durant n'est pas bon pour la santé et augmente les facteurs de risque cardiovasculaires classiques, comme le surpoids, le diabète, l’hypertension artérielle
Tout le monde est concerné par la sédentarité, comme nous l'apprend l'Observatoire national de l'activité physique et de la sédentarité (Onaps) : 70% de la population passe quotidiennement plus de 8 heures en position assise. Se lever, faire une course, monter les escaliers, faire du ménage, marcher, jardiner… dans une journée, il faut saisir toutes les occasions qui nous font alterner les positions assises et debout.
Pratiquer 30 minutes d'activité physique par jour est un minimum pour réduire le risque cardiovasculaire. Et pour les enfants et les adolescents, on parle plutôt d'une heure. 
 

Reconnaître les principaux symptômes de l'infarctus et de l’accident vasculaire cérébral (AVC) 

Reconnaître ces symptômes, c'est pouvoir prendre au plus tôt la décision d'appeler le 15. Car chaque minute gagnée a son importance. 

Symptômes de l'infarctus
• Douleur ou gêne dans la partie centrale de la poitrine ou au niveau des bras, de l’épaule gauche, des coudes, de la mâchoire ou du dos.
• Difficultés à respirer ou essoufflement.
• Malaise, nausées, vomissement, vertiges, sueurs froides.

Symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC)
• Sensation de faiblesse ou engourdissement soudain, au niveau de la face, du bras ou de la jambe, le plus souvent sur un seul côté du corps. 
• Confusion, difficultés à parler ou à comprendre un discours.
• Difficultés visuelles touchant un œil ou les deux.
• Difficultés à marcher, étourdissement, perte d’équilibre ou de coordination.

Ne manquez pas la suite et fin de l'article à paraître prochainement, avec l'hypertension artérielle et le cholestérol, autres facteurs de risque pour les maladies cardiovasculaires. 

Ensemble, améliorons le webzine santé

Le sujet de cet article vous a-t-il intéressé ou appris quelque chose ?