Aller au contenu principal
console

Bon allez, une dernière partie et après tu éteins !

8 mai 2020

Vous souvenez-vous de ce jeu de tennis de table, sorti en novembre 1972 ? Il s’agit de Pong, l’un des premiers jeux à avoir connu un succès populaire. Depuis, le jeu vidéo est en perpétuelle évolution et il en existe pour tous les âges et pour tous les goûts. Pourtant, ce loisir qui fait (bien souvent) partie de notre quotidien inquiète. Approfondissons.

Comme toute chose, l'abus de jeux vidéo peut poser problème. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est d’ailleurs saisie du sujet en officialisant en 2018 l'existence d'un « trouble du jeu vidéo », caractérisé comme « une perte de contrôle sur le jeu ». 

Alors, elle doit passer par la fenêtre la console ? 

Tout joueur ou parent se doit d’être attentif au temps passé sur les jeux. Mais avant de faire promettre au petit dernier de ne plus jamais se connecter à son jeu en ligne préféré ou bien même de façon plus drastique de se débarrasser de la console, il faut d’abord bien faire la distinction entre activité raisonnée et excessive. 

Ce qui différencie l’activité raisonnée de l’activité excessive en matière de jeux vidéo (comme pour d’autres activités ou habitudes de consommation), c’est l’impact sur notre quotidien. C’est pourquoi, l’OMS a défini le « trouble du jeu vidéo » non pas en fonction du nombre d’heures passées à jouer, mais par rapport aux conséquences que les jeux peuvent avoir sur notre vie. 

Si pour vous, le jeu vidéo se résume à quelques heures par semaine (ou même par jour) et qu’il ne vous prive pas des échanges avec vos amis ou votre famille, inutile de jeter la console par la fenêtre. En plus, c’est dangereux.

Trop tard… Et puis de toute façon, tous les jeux vidéo peuvent être addictifs !

Par nature, le jeu vidéo est conçu pour être amusant, intéressant, voire passionnant. C’est pour cela qu’il est parfois difficile de lâcher la manette pour retourner à la réalité. 

Le véritable risque apparaît lorsque la pratique en devient excessive. Le jeu vidéo est alors l’élément central de la vie du joueur au détriment d’autres activités : il ne peut pas s’empêcher de jouer ce qui affecte logiquement son quotidien. On parle alors d’addiction comportementale. 

Certains signaux récurrents, prémices de cette addiction, doivent vous alerter : 

  • L’apparition de difficultés scolaires ou professionnelles 
  • Un désintérêt pour tout autre type d’activité 
  • Des relations sociales altérées ou complètement délaissées 

D’autres indicateurs existent : on vous dit tout sur ameli.fr

S’agissant des enfants, privilégiez le dialogue. Demandez-leur de vous expliquer les mécanismes de ce jeu qui les occupe des heures durant. Pourquoi ne pas rejoindre la partie et en profiter pour les rendre attentifs à leur pratique ?  

infographie jeux vidéos
Selon une étude réalisée en 2019 par Médiamétrie, plus d’1 internaute sur 3 joue tous les jours aux jeux vidéo. La moitié (51%) y joue au moins une fois par semaine. La proportion est plus élevée chez les enfants et adolescents de 10 à 17 ans : plus de la moitié (56%) y joue quotidiennement et 84% chaque semaine.

Si on respecte quelques règles, ça peut être sympa ! 

En dehors d’être amusante, la pratique du jeu vidéo peut se révéler positive si elle est encadrée et adaptée à l’âge de l’enfant (ou de l’adolescent). Différentes études ont démontré certains bénéfices : concentration, mémoire, capacité à faire plusieurs choses simultanément. 
Par ailleurs, on peut également y retrouver des messages de prévention. A l’exemple de plusieurs éditeurs qui ont lancé le mouvement #PlayApartTogether. L’objectif : inciter le plus de joueurs possible à respecter les recommandations sanitaires de l’OMS afin de freiner la propagation du Covid-19. 

En résumé, si votre petit dernier a joué à la console pendant les vacances scolaires, pas d’inquiétude, son équilibre n’est pas remis en cause !
Vous souhaitez aller plus loin ? Découvrez le site Pédagojeux qui regorge de conseils et d’astuces pour que le jeu vidéo reste un plaisir pour toute la famille.

Et les jeux vidéo violents ? 

Pour chaque jeu, le système de classification Pan-European Game Information (PEGI) permet d’identifier le caractère éventuellement violent ou non adapté à certains publics. Avec une classification par âge, il est possible, en un coup d’œil, de confirmer que le jeu est approprié à l’âge du joueur.

Ensemble, améliorons le webzine santé

  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile

Le sujet de cet article vous a-t-il intéressé ou appris quelque chose ?