Aller au contenu principal

Médicaments génériques, antibiotiques, automédication… on peut faire mieux, ensemble !

Réflexe n°1 :
Comprendre qu’un médicament n’est pas toujours nécessaire

Pourquoi c’est important ?

Maux de tête, maux de gorge, petites et grandes douleurs… les raisons sont souvent nombreuses pour prendre un médicament. Histoire d’aller mieux, a priori plus rapidement. Pourtant, nombre de rhumes ou de maux peuvent passer sans prise en charge médicamenteuse. D’ailleurs, ne vous est-il pas déjà arrivé de quitter le cabinet de votre médecin sans ordonnance ? Rien de surprenant à cela, c’est tout simplement parce que dans certains cas, une hygiène de vie différente, un régime alimentaire adapté ou du repos peuvent soigner mille maux.

Le saviez-vous ?

La dépense moyenne en médicaments s’élève à 510 € par an et par personne en France. Il suffirait aux habitants du Grand Est de diminuer leur dépense de 6,45€ pour que les objectifs d’économie régionaux sur cette thématique soient atteints !

Réflexe n°2 :
Accepter les médicaments génériques

Pourquoi c’est important ?

Les médicaments génériques, on en parle beaucoup. Mais saviez-vous qu’il sont en moyenne 30% moins chers que les médicaments d’origine et que leur utilisation a permis de réaliser 9 milliards d’euros d’économies en 6 ans en France ! Autre atout non négligeable, avec les médicaments génériques, le tiers-payant en pharmacie est automatique. Deux raisons, économiques, de les accepter, pour le système de santé et pour vous. Et puis, comme les médicaments génériques sont aussi efficaces et sûrs que les médicaments d’origine, pourquoi hésiter ? Ayant déjà fait leur preuve avant leur mise en vente suite à 10 ans d’études et 10 ans d’utilisation, les médicaments génériques ont donc vraiment tout bon.

Le saviez-vous ?

5 000 médicaments génériques existent sur le marché, et pour presque toutes les pathologies. Ils sont d’ailleurs utilisés également dans les hôpitaux, y compris dans le cadre de traitements de maladies graves. De quoi répondre à la plupart des situations et garantir l’accès aux soins pour tous !

Réflexe n°3 :
utiliser les antibiotiques à bon escient

Pourquoi c’est important ?

« Les antibiotiques, ce n’est pas automatique. » Comme une impression de déjà-vu ? C’est normal, le refrain reste le même et pour cause : le recours aux antibiotiques est inefficace dans le cas d’infection virale, il ne sert donc à rien d’en réclamer à son médecin. D’ailleurs ce dernier le sait très bien ! Il sait aussi que moins les antibiotiques sont utilisés, plus les antibiotiques conserveront leur efficacité. Car à trop en utiliser, une antibiorésistance et des impasses thérapeutiques se forment. En d’autres termes moins compliqués ? Les bactéries s’habituent aux traitements et ces derniers ne font plus effet. À l’horizon 2050, les maladies infectieuses pourraient redevenir l’une des premières causes de mortalité en France. Alors scenario de film de science-fiction ou réalité ? À nous de jouer !

Le saviez-vous ?

La France est le troisième plus gros consommateur d'antibiotiques en Europe. Il serait peut-être temps de quitter le podium, non ?

À partir de 2020, avant de prendre un traitement antibiotique qui vous aura été prescrit, ou avant d’aller consulter un médecin, les pharmaciens pourront réaliser un test pour savoir si votre angine nécessite un traitement par antibiotique ou non.

Réflexe n°4 :
peser le pour et le contre de l'automédication

Pourquoi c’est important ?

Éviter de se rendre chez son médecin au moindre rhume est un réflexe bienvenu, mais en va-t-il de même de l’automédication ? Vous savez, quand on prend, avec précaution certes mais après autodiagnostic sans avis médical, un médicament en libre-accès pour soigner telle ou telle douleur. Quand on s’imagine un peu médecin, un peu pharmacien. L’automédication est une pratique courante mais qui ne s’improvise pas : pensez à toujours demander un avis à un professionnel de santé, et à préciser si des traitements sont en cours ! Parce que même si le risque de se transformer en grenouille ou en statue de pierre est plutôt faible, les risques liés à la sur-médication, à l’erreur de prise, aux interactions entre plusieurs traitements existent bien et les effets secondaires peuvent être nombreux.

Le saviez-vous ?

Les effets indésirables provoqués par la prise d'un ou de plusieurs médicaments serait responsable de plus de 10% des hospitalisations chez les sujets âgés, et de près de 20% chez les octogénaires.

Quel patient êtes-vous ?

Vous avez tout lu, tout compris ? Voyons voir si vous avez bien les bons réflexes. Ce petit test à vocation humoristique force volontairement les types de comportements pour vous aider à prendre conscience de façon ludique que vous avez sans doute déjà la bonne attitude, mais qu'on peut faire mieux.

Accéder au test