Aller au contenu principal
équipe travail

Arrêt de travail de plus de 3 mois, comment faciliter la reprise ?

7 février 2020 Le dossier du mois

Après un arrêt de travail prolongé, le retour à l'activité professionnelle est souvent bienvenu : pour tourner la page après un épisode difficile, renouer avec une vie sociale, se changer les idées. Mais ce retour au poste occupé précédemment ne va pas forcément de soi : difficulté à retrouver le bon rythme, douleurs, fatigue, troubles de l'attention… peuvent conduire à de nouveaux arrêts de travail, voire à une déclaration d'inaptitude au poste. Et à son corollaire fréquent, la perte d'emploi. Cet enchaînement malheureux - qui se nomme techniquement la "désinsertion professionnelle" - n'est pas une fatalité : c'est la conviction de l'Assurance Maladie, qui agit en amont pour détecter les problèmes et trouver des solutions. Elle accompagne ainsi chaque année 170 000 personnes pour leur permettre de reprendre ou retrouver une activité professionnelle. 

Après avoir surmonté sa maladie ou retrouvé sa mobilité, le salarié requinqué est le plus souvent désireux de se remettre au travail. Il est aussi un peu inquiet. Pourra-t-il tenir son poste, aura-t-il assez de force, tiendra-t-il ses 8 heures par jour ? saura-t-il se concentrer ? 

25 000 personnes informées, 4 000 personnes accompagnées 

Choisissant la prévention, l'Assurance Maladie contacte la majorité des personnes en arrêt de travail depuis plus de 60 jours. Elle les informe sur les difficultés qui pourraient survenir lors de leur reprise d'activité et leur propose un véritable service d'accompagnement individuel. 

La visite de pré-reprise, pivot du dispositif

Une visite de reprise est systématique lors du retour au travail du salarié, après un long arrêt. Mais il est alors trop tard pour réagir et cette visite peut déboucher sur une décision d'inaptitude, susceptible d'entraîner un licenciement immédiat. 

Avec une visite de pré-reprise qui peut être fixée en amont, la situation n'est pas la même. Il est encore temps d'agir, de faire des propositions pour le maintien en emploi : adapter le poste de travail, trouver une autre affectation dans l'entreprise, avec éventuellement une formation, ou encore, organiser une reprise à temps partiel. 

Cette visite de pré-reprise peut être demandée par le salarié lui-même, le médecin traitant ou le médecin conseil. L'employeur n'en sera informé que si le salarié donne son accord. La visite est effectuée par le médecin du travail, qui détermine si le salarié a les capacités de retrouver son poste de travail. Il a aussi un rôle de concertation pour inciter et aider l'employeur à trouver des solutions. 

Un problème de grande importance

"Il y a eu […] en 2012, environ 850 000 avis d’aptitude avec réserve et 160 000 avis d’inaptitude prononcés par les médecins du travail pour des salariés du privé́. Sur ces bases, à un moment donné, ce sont vraisemblablement entre un et deux millions de salariés qui sont menacés à court moyen-terme par un risque de désinsertion professionnelle (soit 5 à 10 % des salariés). Cette population, mal cernée, est probablement appelée à croitre avec le vieillissement de la population active."

Rapport de l'IGAS, Inspection générale des affaires sociales - décembre 2017
La prévention de la désinsertion professionnelle des salariés malades ou handicapés 

L'histoire vraie

Employé dans un supermarché, Céline se réveille un matin avec le bras bloqué, incapable de soulever une charge et donc de travailler à son rayon fruits et légumes. En arrêt de travail, elle apprend qu'elle souffre d'une tendinite calcifiante de l'épaule et d'un problème de vertèbre. Souhaitant pourtant retravailler, elle demande une visite de pré-reprise à la médecine du travail. Elle bénéficie d'un soutien et d'un accompagnement bienveillant de la part d'un CSAM (Conseiller service de l'Assurance Maladie). Il mobilise différentes ressources qui recherchent une solution, avec le directeur du supermarché. Un an après son arrêt, Céline reprend son travail au rayon boucherie, où les charges sont moins lourdes, et qui a été équipé d'une trancheuse semi-automatique, pour épargner son bras. 

L'autre scénario…

Sans cette action de prévention initiée par l'Assurance Maladie, Céline aurait été déclarée inapte le jour de son retour et aurait pu être licenciée. Son capital confiance aurait fondu et, à 51 ans, elle aurait eu beaucoup de difficultés à retrouver un travail. 

Le double rôle de l'Assurance Maladie

  • Elle sensibilise l'assuré en arrêt de travail prolongé, l'informe de l'existence de la visite de pré-reprise et l'incite à la demander. 
  • Les conseillers du service Assurance Maladie (CSAM) accompagnent l'assuré dans la recherche d'une solution, lui propose le suivi d'une assistante sociale, d'un ergothérapeute par exemple. Ils facilitent aussi les échanges entre médecin traitant, médecin du travail et employeur, pour la recherche de solutions.


« J'ai retrouvé ma joie de vivre. Ça m'a permis de reprendre ma vie active, j'ai retrouvé ma joie de vivre. Tout ce que j'ai maintenant, tout ce que je revis, c'est grâce à l'Assurance Maladie » Audrey. C'est un bel hommage aux conseillers du service Assurance Maladie qui s'engagent pour aider les assurés à renouer avec une activité professionnelle après un long arrêt de travail.

Ensemble, améliorons le webzine santé

  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile
  • Étoile

Le sujet de cet article vous a-t-il intéressé ou appris quelque chose ?

personnages se serrant la main

Autour des arrêts de travail, les bonnes pratiques existent !

Kathia
08400 Vouziers
29 novembre 2019

« Mon médecin m'a prescrit des soins dans le cadre d'un accident de travail. Il voulait établir un certificat médical papier, mais je lui ai proposé de le faire en ligne et il a accepté. »

Arrêts de travail

Haut
150

Manon
54000 Nancy
8 octobre 2019

L'an dernier, j'ai été arrêtée à cause de la grippe. Cette année, je me fais vacciner !

Arrêts de travail

Haut
130

Emma
54330 Hammeville
8 octobre 2019

J’ai accepté l’arrêt de travail dématérialisé : plus aucun papier à remplir et à envoyer et j’ai reçu mes indemnités journalières plus rapidement.

Arrêts de travail

Haut
147

Découvrir d'autres
bonnes pratiques
Partager mes
bonnes pratiques

Lire aussi...

Un homme qui a mal au dos

Redressez-vous !

25 juin 2019 En bref

La meilleure façon pour prévenir les maux de dos, c’est en adoptant une bonne posture. La lombalgie désigne l’apparition de douleurs au…

femme malade

La mécanique bien huilée des arrêts de travail

13 décembre 2019 En bref

En 2018, 730 000 arrêts de travail ont été pris en charge dans le Grand Est, représentant au total plus de 25 millions journées et plus de…

personnage avec une jambe dans le plâtre

Vous souhaitez en savoir plus sur les arrêts de travail ou tester vos connaissances ?

C'est par ici