docteur google

Allo docteur Google ? C’est pour une consultation !

Pour s’informer sur la santé grâce à internet, il y a de nombreuses solutions.
Pour bien s’informer sur la santé grâce à internet, il y en a moins.

Un bobo gênant, un diagnostic mal compris, un symptôme inquiétant ? Que celui qui n’a jamais été tenté d’aller sur Google vérifier la nature de son mal jette la première pierre. Pourtant, mieux vaut savoir où s’informer pour obtenir une information fiable et ne pas s’inquiéter inutilement.

Où s’informer sur internet ?

Les sites médicaux atteignent des sommets de fréquentation, alors qu’ils fournissent bien souvent des informations qui n’émanent pas de professionnels de santé. Sans parler des forums autour de la santé, où chacun peut donner son avis, sans aucun filtre et surtout sans la moindre compétence médicale.

Cet engouement traduit un intérêt bien réel des Français pour leur santé et leur bien-être, et il peut être très positif. Le tout est de se référer aux sites officiels de santé et de prévention. En voici quelques-uns :

  • le nouveau site ameli.fr de l’Assurance Maladie est une véritable encyclopédie qui vous permet d’approfondir vos connaissances, de consulter des fiches par pathologie, de mieux comprendre vos traitements, de savoir réagir en cas d’urgence… Ajoutez-le à vos favoris pour des réponses rapides et fiables à toutes vos questions de santé.
  • le portail Santé Publique France  fourmille également d’infos utiles sur l’actualité de la santé ainsi que de nombreux liens vers des sites de prévention.
  • le site du Ministère des Solidarités et de la Santé aborde de nombreuses thématiques de prévention avec des informations pratiques sur les traitements ou les facteurs environnementaux susceptibles d’affecter notre santé.

Garder le meilleur de l’e-santé

Gardons-nous de tous devenir cybercondriaques et avouons que les nouvelles technologies offrent également des progrès dont il faut profiter pour prendre soin de son capital santé.

Pour les fans de technologie, pensez aux objets connectés : smartphones dotés d’applications santé, bracelets prenant les pulsations, podomètres, montres intelligentes permettant de collecter, de visualiser et de partager des informations santé… Ils permettent d’accroître l’autonomie des patients et peuvent aider les professionnels de santé à affiner leur diagnostic. Mais surtout, ils incitent chacun à prendre en charge plus activement sa santé et à adopter un mode de vie plus sain. Ils n’ont évidemment aucune pour but de remplacer le suivi d’un médecin.

L’Assurance Maladie n’est pas en reste et propose déjà depuis plusieurs années des services en ligne, tels que sophia , un service d’accompagnement personnalisé destiné aux personnes diabétiques ou asthmatiques. Ou encore un coaching personnalisé pour qui veut être acteur de sa santé.

Ces outils ont le mérite de renforcer l’autonomie du patient et d’améliorer le suivi de son traitement tout en introduisant de bonnes habitudes. En aucun cas, ils n’ont vocation à remplacer une consultation médicale. Autre évolution à venir : le Dossier Médical Partagé , expérimenté actuellement dans le Bas-Rhin et amené à être généralisé courant 2018. Si vous êtes Bas-Rhinois, activez-le en avant-première !

N’oublions pas non plus les groupes constitués par des médecins sur les réseaux sociaux, autour d’une pathologie bien précise ; comme les 5 000 inscrits au groupe Facebook « Vivre avec le Crohn » ou les 5 000 visiteurs par jour du site hepatoweb.com… Ils peuvent apporter de vrais conseils et un soutien psychologique aux patients qui partagent les mêmes maux.

Enfin, on ne saurait oublier les expérimentations de télémédecine qui fleurissent un peu partout. Elles proposent des consultations par webcam ou par téléphone dans les zones où l’accès aux soins ou les délais d’accès aux soins sont problématiques, ou pour les patients qui ne peuvent se déplacer.

La dynamique est engagée en Alsace même si les dispositifs ne sont pas encore consolidés et la question de la prise en charge tranchée… Pour autant ces solutions constituent une évolution incontournable dans un système de santé moderne.

Comme le souligne la Commission européenne, « la santé mobile n’est pas destinée à remplacer les professionnels de santé, qui restent indispensables pour prodiguer des soins, mais est plutôt envisagée comme un outil d’appui à la gestion et à la dispense des soins de santé. »