aérer en hiver

Même en hiver, j’aère !

L’air de rien, on ne respire pas forcément mieux chez soi…

Vous vous croyez à l’abri de la pollution lorsque vous quittez les centres villes ou les embouteillages ?

En réalité, l’air que nous respirons à l’intérieur de nos habitations est 5 à 7 fois plus pollué que l’air extérieur. Et nous y passons le plus clair de notre temps, surtout en hiver.

La cause de cette pollution ? Les peintures, les meubles, les encens et bougies parfumées, les désodorisants d’intérieur, les produits ménagers… qui regorgent de substances chimiques et impactent non seulement notre santé (allergies, toux, irritations, difficultés respiratoires…) mais aussi l’environnement (produits d’entretien qui se retrouvent dans les eaux usées…).

Alors, pour vivre heureux, vivons dehors ?

Pas la peine, quelques bons gestes, là encore, peuvent permettre de limiter cet impact. On évitera par exemple certains produits comme l’eau de javel, les déboucheurs de canalisation, les vaporisateurs en tout genre, dont les désodorisants, qui pour camoufler les odeurs introduisent des agents irritants voire toxiques. On oublie aussi les purificateurs d’air et on lit les étiquettes (s’il y a une tête de mort, ce n’est généralement pas bon signe).

Préférez les produits écologiques certifiés, moins nocifs, et surtout les produits naturels : bicarbonate, savon noir, vinaigre blanc, citron, huiles essentielles… Moins chers et tout aussi efficaces ! Autre réflexe à adopter : a-é-rer. Oui, même en hiver, 10 minutes par jour suffisent. Et non, on ne bouche jamais une grille d’aération ou une VMC, et pour éviter les intoxications au monoxyde de carbone, on fait vérifier et entretenir avant chaque hiver les installations de chauffage et de production d’eau chaude et les conduits de fumée par un professionnel.

L’Ademe a réalisé une infographie complète et ludique, qui fait le point sur les différents polluants, les problèmes qu’ils génèrent et les alternatives existantes : cliquez-ici pour la consulter.

Santé publique France vous propose de son côté une visite guidée de votre intérieur pour repérer plus facilement les sources de pollution.

Et pour aller plus loin : site de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur.

Crédit photo : Freepik